échange réparation

Il aura fallu attendre sa 14e version pour qu’il paraisse enfin ! L’arrêté d’application de l’article L224-67 du Code de la consommation, relatif à la possibilité d’user de pièces issues de l’économie circulaires (PIEC) pour la remise en état d’un véhicule, entrera en vigueur le 1er avril 2019. Il s’avère moins contraignant pour les réparateurs qu’en ses versions initiales, mais n’est toutefois pas totalement satisfaisant pour toutes les organisations professionnelles du secteur…

Après avoir fêté ses 70 ans d’existence en 2016, Niort Frères, principal distributeur du groupement Autodistribution, en volumes comme en chiffre d’affaires, vient d’annoncer l’ouverture d’un nouveau site à La Vaupalière (76), épicentre de son activité de commerce d’outillage et d’équipements de garages, d’équipements industriels et de stations-service privatives.

Passer d’un aspect punitif à un aspect peu contraignant sur le plan réglementaire : tel devrait être le destin de l’article de la Loi relative à la Transition énergétique obligeant les réparateurs à proposer, dès le 1er janvier 2017, des pièces de réemploi pour réparer les VP et les VUL hors garantie. Le texte, pour entrer effectivement en vigueur, attend désormais son arrêté d’application, en cours de rédaction mais qui pourrait bien n’être publié que dans les tous derniers jours de l’année 2016…

Alors que le décret d’application du Conseil d’Etat sur la loi “Royal”, et son article exigeant des réparateurs qu’ils proposent à leurs clients des pièces issues de l’économie circulaire, se fait attendre, BFM TV n’a pas résisté à l’envie de remettre une couche médiatique grand public sur le sujet. Tout en affirmant que ne seraient pas concernées les pièces “de sécurité” comme les plaquettes de frein ou les airbags. Info ou intox ?

Le taux d’équipement du parc roulant français en boîtes de vitesses automatique étant en progression et compte tenu du prix élevé de la pièce neuve lorsque celle-ci tombe en panne, l’échange-réparation s’avère, dans ce cas précis, particulièrement opportun. Entre une boîte neuve et une réparée, les tarifs peuvent chuter de plus de 50%, et parfois davantage. Raison pour laquelle Corteco, fournisseur de joints pour BVA via la marque Transtec, entend motiver la distribution indépendante à se pencher sur la question.

Nous l’annoncions en « dernière minute » dans un article consacré à la pièce de réemploi dans la newsletter de la semaine dernière («Pièces de réemploi : un avenir radieux !») : les alternatives aux pièces neuves -échange standard, échange réparation et/ou pièce de réemploi- étant de plus en plus demandées, il apparaît que certains indélicats surfent sur cette vague en mélangeant un peu (trop) les genres. En clair, en mentant sur la qualité de la pièce et, in fine, en engageant indirectement le nom du fabricant de la pièce en question. Voilà donc la suite de l’histoire, qui oppose en fait Bosch à ICR Auto, spécialiste de l’injection diesel…