Elexia

Attendu que l’arrêté d’application de l’article de la loi « Hamon » sur le libre choix du réparateur ne devrait pas changer son imparfaite formulation, que la DG Trésor défend, le CNPA a renforcé ses discussions avec les associations de défense des consommateurs pour renforcer la communication sur ce droit… et les inciter à entrer davantage dans les détails de la relation tripartite assuré-assureur-réparateur.
Invités par l’Association des Journalistes Techniques Européens (AJTE), deux professionnels sont venus donner leur vision du métier actuel, leurs problématiques et les solutions trouvées pour y remédier. Et pour venir affirmer une confiance assez étonnante dans leur avenir au regard du contexte économique pourtant bien morose !
Dévoilé par la FFC-Réparateurs, ce courrier d'AXA montre comment l'assureur a “dégradé” ses agents généraux en sergents-recruteurs de réparateurs agréés. Il y a urgence : il faut accélérer le trop inabouti enrôlement de “réparateurs Nobilas” pour finaliser un réseau agréé digne du contrôle attendu des flux de réparation (80% ambitionnés). Et de fait, réduire d'autant l'impact du libre choix. Les armes distribuées aux agents généraux : jouer sur la peur de la perte de business et surtout, sur le fait qu'AXA refusera toute prise en charge à tout réparateur non agréé dès le 1er janvier !
Après les réparateurs et les experts en automobile, ce sont désormais les agents généraux qui font les frais du serrage de vis d’AXA. Des agents qu’AXA exige performants sur le SAD, service jugé opportun pour contourner le libre choix du réparateur par l’assuré. Un service qui, toutefois, ne semblait pas emporter l’adhésion du réseau d’agents généraux jusqu’à ce que l’assureur ne décide de créer un challenge SAD, avec cadeaux à la clef…
Alors que certaines plates-formes de gestion de sinistres « dédommagent » tout de même le fameux service à domicile qu’elles exigent de « leur » réseau de réparateurs, d’autres, comme Elexia, exigent purement et simplement que les carrossiers l’exécutent gratuitement. En échange, bien sûr, d’une augmentation de leur volume d’entrées-atelier. Si le SAD gratuit n’a rien d’une légende urbaine, cela va tout de même mieux en le montrant. Et en le prouvant, document à l’appui…
Au rang des plateformes de gestion de sinistres, Elexia n’est peut-être pas la plus grosse, mais semble être l’une des plus culottées. Gestionnaire d’une partie des sinistres d’AXA, elle aurait trouvé le moyen de récupérer sur le dos des réparateurs une commission de 10% sur les dossiers de la compagnie d'assurance, alors qu’elle ne les a même pas traités ! Et ceci, que les réparateurs soient, ou non, sous contrat avec Eelexia. Pourtant, même ledit contrat ne mentionne nulle part ces fameux 10%...
Des carrossiers ont fortuitement découvert que des factures de sinistres «AXA» revenaient payées via la plateforme de gestion de sinistres Elexia, présente dans la galaxie de l’assureur depuis 2011 au moins. Et d’une façon qui en a agacé certains…