expert en automobile

A la Une Réparation-collision
Après avoir annoncé que 100% des cabinets d'expertise automobile avaient recouru au chômage partiel et que les 55 jours de confinement avaient coûté près de 200 millions d'euros à la profession, l'ANEA, syndicat majoritaire du secteur, a présenté un plan de relance qui mise à la fois sur l'abattement de barrières qui sépare encore l'expert du grand public ainsi que sur l'adaptation des missions d'expertise en distinguant actes techniques et actes de services.
Dans le cadre d’un sinistre avec tiers non identifié, un automobiliste a reçu de la part de son assureur un courrier d’ouverture de dossier lui offrant, parmi les nombreux éléments d’information à renseigner, de recourir tout simplement à l’expert… de son choix ! Signe que l’idée d’une expertise librement choisie ferait son chemin chez les donneurs d’ordres ?
Carrosserie Justice
Mis en délibéré au 3 décembre prochain, le procès d’un expert et de 26 réparateurs, qui se tient à Evry (91), s’est conclu le 9 septembre sur une audience qui n’augure pas de peines très dissuasives pour les différents acteurs de cette affaire de faux VO/vrais VGE. Pas de quoi faire très peur aux autres fraudeurs suspectés dans des affaires similaires. A moins que le juge n’aille plus loin que le réquisitoire du procureur…
Carrosserie Justice
Depuis le 2 septembre dernier et jusqu’au 9 septembre, le Tribunal correctionnel d’Evry est le théâtre du procès attendu depuis quelques années maintenant : celui de la deuxième grosse affaire d’épaves roulantes, ces véhicules gravement endommagés (VGE) revendus sur le marché de l’occasion par des garagistes escrocs avec la complicité d’experts véreux. 26 réparateurs et un seul expert comparaissent…
A la veille du début du procès de réparateurs et d’un expert suspectés d’avoir remis sur le marché du VO des véhicules gravement endommagés (VGE), TF1 a diffusé, le 1er septembre dernier, un numéro de Grands Reportages dédié aux failles, légales ou non, de la filière VE et suivi des enquêteurs de la Gendarmerie Nationale dans leurs efforts pour démasquer les coupables de ce type d’arnaques éminemment dangereuses pour la sécurité des usagers de la route.
Suite à l’arrêt du 2 février 2017 de la Cour de cassation reconnaissant à l’expert en automobile la légitimité d’évaluer le coût de la réparation automobile, y compris le tarif horaire, en fonction de la concurrence locale, le CNPA s’est démené pour alerter les pouvoirs publics sur les conséquences de cet arrêt. Las, c’est devant la Commission européenne qu’il a poursuivi son recours et la plainte a été enregistrée en février 2019.
C’est sous la houlette du Syndicat des experts en automobile indépendants (SEAI) et avec le soutien de la FNA 06 et de son président, Claude Alzina, que plusieurs représentants nationaux de la branche carrossiers du CNPA, de la FFC Réparateurs, et divers présidents régionaux et départementaux de la FNA se sont réunis le 20 juillet dernier pour évoquer ensemble un combat auxquels ils espèrent sensibiliser les consommateurs : le libre choix de l’expert.