films pour vitrage

Après les années difficiles marquées par le virage de la nouvelle règlementation des films pour vitrage, le réseau Glastint se félicite, l’année de ses 30 ans, d’avoir su redresser la barre en développant de nouvelles activités, notamment la réparation et le remplacement de vitrage, et en capitalisant sur la croissance du business des films teintés pour les vitrages des bâtiments.
En première ligne face au décret qui a secoué le marché du film pour vitrage ces deux dernières années, Glastint lance un logiciel dédié à vérifier la teinte des vitres avant des véhicules. Ceci afin de savoir si le taux de transmission de lumière visible (TLV) qu’elles autorisent permet la pose, ou non, d’un film teinté.
Glastint vient d’annoncer l’ouverture de son capital à la SACDE, fonds institutionnel du gouvernement monégasque, qui va en prendre 20% pour permettre à l’enseigne d’accélérer le développement de son réseau et de soutenir le déploiement de ses nouvelles compétences, notamment le remplacement et la réparation de pare-brise, entre autres.
L’entrée en vigueur, le 1er janvier prochain, du décret limitant définitivement à 70% le taux de “transmission de lumière visible” (TLV) des vitres teintées à l’avant, était attendue avec crainte par les professionnels de la pose de films pour vitrage. Néanmoins, l’impact du décret devrait être moins important que prévu sur l’activité des pros du secteur. D’autant que certaines enseignes sont en voie de diversification…
Aucune mobilisation n’y a fait. Le décret limitant le taux de transmission de lumière visible à 70% sur les vitres avant des véhicules est finalement paru le 13 avril, confirmant les craintes des professionnels de la filière de pose de films pour vitrage. Si certains gros acteurs du marché ont déjà anticipé et se lancent dans des activités parentes, les entreprises les plus indépendantes du secteur risquent de souffrir les prochains mois...
L’enseigne leader de la pose de films teintés pour vitrages automobiles va se lancer dans une nouvelle activité : la réparation et le remplacement de vitrages. Un projet mûri de longue date mais qui devrait offrir à Glastint un surplus de chiffre d’affaires non négligeable, après que l’annonce de décret sur le surteintage des vitres, l’automne dernier, a mis en péril l’activité d’origine du réseau.