FOG

Cette fois, c’est le personnel de Fog Automotive qui prend la parole. Il croit «dur comme Fog» à l’avenir de l'entreprise... à condition qu'elle change d’actionnaires. Le personnel les accuse de n’avoir eu qu’une seule stratégie directrice : parier sur l’espérance avortée d’une revente rapide à Bosch et sur sa lucrative plus-value…
Mis à nouveau en redressement judiciaire deux ans et demi seulement après le précédent, Fog Automotive espère un nouveau plan de continuation qui le mette à l’abri des fronts conjugués des concurrences industrielles exotiques, d’un marché atone, de banquiers frileux, de fournisseurs inquiets et de créanciers croissants. L'entreprise compte sur  le tribunal de commerce de Paris pour lui ré-inventer un troisième avenir en moins de 10 ans…
Contrairement aux rumeurs qui enflent ces dernières semaines, Bosch n’aurait pas nécessairement renoncé à racheté Fog, mais juste «différé» sa décision. Il faudra attendre encore de longs mois avant de connaître le dénouement...
Bosch semble être en passe de devenir le prochain patron de Fog. En tout cas, les indices se multiplient, en ce début juillet, pour accréditer sa succession au repreneur Jacob Abbou/Le Monde de l’Automobile, moins d’un an après la prise de contrôle de ce dernier aux côtés de Sakar SAS/Autovision...