Jan Löning

A la Une Nomination
Ce sera officiel dans quelques jours mais il l'a déjà inscrit sur son profil LinkedIn : Patrick Desmasures, dont la carrière l'a conduit durant plus de 14 ans dans le groupe Pomona où il était depuis 12 ans Business Unit General Manager, vient d'être nommé CEO d'Oscaro. Il succède à ce poste à Jan Löning qui a piloté, depuis 2,5 ans, le redressement du site de ventes de pièces en ligne.
A la Une Digital
Oscaro affichait en 2019 un déficit de presque 18 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 258,45 millions d'euros. Des chiffres qui semblent encore inquiétants, mais que Jan Löning, DG du pure player, met en perspective des efforts de retournement et de redressement qu'il estime concluants, en soulignant une rentabilité opérationnelle restaurée et encore en progression à septembre 2020...
Pièces Digital
Resté ouvert durant la crise sanitaire, Oscaro a dû et su s’adapter pour assurer la continuité de ses activités. Il profite aujourd’hui du déconfinement pour reprendre les projets initiés en début d’année, avec en priorité son développement à l'international et le lancement de la MDD… Oscaro.
Pièces Digital
Oscaro reste le leader de la vente en ligne de pièces de rechange automobile avec 300 millions d'euros de CA, soit selon lui quelque 30% du marché de la pièce en ligne hors pneus. Il confirme aussi sa dynamique retrouvée : fondamentaux améliorés, offre élargie, déploiement international... et «rentabilité opérationnelle» restaurée. Et oui, il relance le pneu, mais toujours sans réparateurs-monteurs…
A la Une Digital
Confiance retrouvée des clients, retour aux 300 millions d'euros de CA et à la rentabilité en 2019, volonté d'assoir 30% de croissance à l'international pour tendre vers d'inédits 400 millions d'euros d'ici 3 ans... L'Oscaro “made in PHE” semble bien avoir retrouvé ses couleurs, ses muscles et ses ambitions.
A l'occasion de la première sortie médiatique d'Oscaro et de son nouveau DG, Jan Löning, une rassérénante certitude : un Oscaro nouveau est arrivé qui s'échine humblement à se positionner sur le pur do-it en laissant la délégation aux seuls réparateurs. C'est donc plus par maladresse que par provocation que l'étude-prétexte à cette prise de parole sous l'ère PHE/Autodistribution vient inutilement réveiller quelques vieux démons...