législation

En l'état, le versant “pièces de carrosserie” de la loi LOM ne doit guère faire frémir d'effroi les constructeurs. Malgré les efforts des indépendants, en dépit d'une succession d'amendements et au-delà des effets de manche gouvernementaux, le constat s'impose déjà : c'est d'une contrefaçon de libéralisation que le texte s'apprête à accoucher. Pire : il n'interdit même pas de recapter des pièces réputées déjà concurrencées. Explications...
Las de voir ses revendications occultées depuis de longs mois, le groupement des agents d’Automobiles Peugeot (GAAP) avait finalement ouvert son dossier dans une lettre ouverte de début janvier. Il a ainsi obtenu une réunion tripartite le 7 février dernier, mais au cours de laquelle le constructeur est resté prudent et les concessionnaires, fermes sur leurs positions…
Le vent de libéralisation des pièces de carrosserie, récemment soufflé par le gouvernement français, a certes fait son effet. Mais à bien y réfléchir, les constructeurs n'ont sûrement pas dit leur dernier mot. Quant aux promesses faites, elles ne proposent pour l'heure que de concurrencer des familles de pièces qui, en fait, le sont déjà ou ne peuvent guère l'être. Ces promesses n'engagent-elles que ceux qui y croient ?
A la suite de l'UFC-Que Choisir, la FEDA vient d’apporter publiquement son soutien à l’une des douze propositions prônées par l’association de défense des consommateurs pour augmenter le pouvoir d’achat des Français : la libéralisation du marché des pièces de carrosserie. Un véritable épouvantail pour les constructeurs, que la FEDA entend agiter de nouveau à l’occasion d’une enquête auprès de ses adhérents.
Les artisans en général −et ceux de l'automobile en particulier− doivent être soulagés : le 9 juin, les députés ont validé un amendement qui met fin à l'ambition de la loi Sapin 2 d'abolir les qualifications exigées pour pratiquer de nombreux métiers artisanaux. C'est la fin d'un bras de fer entre l'UPA, la FNAA et le gouvernement sur un projet de loi qui risquait de mettre aussi les artisans dans la rue...