libre choix

Suite à l’arrêt du 2 février 2017 de la Cour de cassation reconnaissant à l’expert en automobile la légitimité d’évaluer le coût de la réparation automobile, y compris le tarif horaire, en fonction de la concurrence locale, le CNPA s’est démené pour alerter les pouvoirs publics sur les conséquences de cet arrêt. Las, c’est devant la Commission européenne qu’il a poursuivi son recours et la plainte a été enregistrée en février 2019.

C’est sous la houlette du Syndicat des experts en automobile indépendants (SEAI) et avec le soutien de la FNA 06 et de son président, Claude Alzina, que plusieurs représentants nationaux de la branche carrossiers du CNPA, de la FFC Réparateurs, et divers présidents régionaux et départementaux de la FNA se sont réunis le 20 juillet dernier pour évoquer ensemble un combat auxquels ils espèrent sensibiliser les consommateurs : le libre choix de l’expert.

Le Parlement européen a adopté le 19 avril le texte concernant la réception et le contrôle des véhicules qui doit entrer en vigueur le 1er septembre 2020. Ce texte maintient également la prise OBD sur les véhicules et revisite les RMI, garantissant par là-même les principes de libre concurrence et de libre choix pour le consommateur…  

Selon un courrier en date du 9 novembre dernier, la Macif lance, en ce 27 novembre 2017, une nouvelle application conçue avec Darva pour permettre de « favoriser une meilleure prescription de [son] réseau agréé et d’augmenter le volume de dossiers confiés ». La mutuelle d’assurance exige donc de ses réparateurs conventionnés qu’ils renseignent « impérativement » le maximum d’informations sur leurs services et leurs compétences, entre autres, pour permettre aux gestionnaires de sinistres d’avoir les arguments nécessaires pour orienter le plus possible les assurés vers “son” réseau.

La récente déclaration du président de la branche Carrossiers du CNPA, Yves Levaillant, en faveur du libre choix de l’expert a dérangé le Landerneau de l’expertise automobile… mais pas toutes les organisations professionnelles d’experts, cependant, puisque le Syndicat des experts en automobile indépendants (SEAI) a répondu par courrier à M. Levaillant en affirmant partager ce combat !

Il ne faudra plus évoquer la Fédération Nationale de l’Artisanat Automobile (FNAA). Ou alors en utilisant le passé : l’organisation professionnelle, rebaptisée Fédération Nationale de l’Automobile (FNA), a présenté deux semaines avant le salon Equip Auto sa nouvelle politique, son organisation, sa nouvelle charte graphique, des services inédits… et des ambitions renouvelées.

Après “Allo Mécano”, le service d’AXA destiné à contrôler les devis mécanique de ses assurés à leur demande, avec l’aide de “mécaniciens-experts”, c’est au tour de Natixis Assurances de proposer une solution semblable dans l’Assurance AUTO qu’elle fournit aux clients des Caisses d’Epargne… au risque de raviver une plaie encore fraîche chez les représentants de la profession de réparateur.

La FNAA a fait parvenir aux candidats à la présidentielle ainsi qu’aux élus et aux acteurs économique un livre blanc contenant 50 propositions pour accompagner l’artisanat automobile dans les mutations du secteur. Et garantir, par ce biais, la pérennité d’un maillage dans les territoires seul à même de permettre aux français un accès à l’auto-mobilité…

A la suite des autres organisations professionnelles de carrossiers, la FFC Réparateurs a également réagi à l’arrêt de la Cour de cassation du 2 février dernier. Un arrêt qui pourrait mettrait en danger, s’il était suivi par d’autres, à la fois le droit au libre choix du réparateur par l’automobiliste et le droit à la libre tarification.

1 2 3 9