mister-auto

Oscaro vient d'annoncer son offensive toute prochaine dans le pneu. Logique, voire inévitable : alors que le site doit redresser ses comptes, le pneumatique, porteur de business, devient pour lui un passage -presque tardivement- obligé. Et voilà donc Oscaro qui va inévitablement devoir recruter et exhiber, à son tour, des centres de montage. Car un pneu ne se pose pas aussi simplement qu'une paire d'essuie-glace...
Le pure-player allemand KFZteile24 est à vendre. Et on dit tous les grands groupes de distribution européens (constructeurs compris) intéressés par ses quelque 175 M€ de CA rentables car bien soutenus par un marché allemand où le prix de la “pièce digitale” est raisonnablement remisé. Un signe de plus de l'inévitable réconciliation à venir entre pure-players et acteurs traditionnels ? Oscaro devrait le premier se poser cette question avant d'en subir la réponse...
Après le choc de la montée-surprise d'Autodis Group au capital d'Oscaro, reste maintenant à démêler le vrai du “cosmétique” et le logique du spectaculaire. Car non seulement les versions des deux protagonistes s'entrechoquent, mais les dessous du dossier sont aussi complexes que les enjeux qui dépassent les seuls intérêts des deux distributeurs...
L'accès aux pièces premium à prix internet et livrées physiquement dans les ateliers est en train de s'organiser et de se systématiser vers les réparateurs. Originauto a ouvert une voie que sont en train d'élargir Mister-Auto et surtout Otop. Ce défi commercial lancé à la distribution traditionnelle forcera-t-il cette dernière à adapter son modèle ?
Bendix, marque emblématique sortie du marché à l'occasion de la revente de l'activité freinage d'Honeywell à Federal Mogul en 2014, va renaître en Europe –et donc en France. A partir du 1er juillet –c'est-à-dire dès demain !–, le propriétaire de la marque qu'est toujours Honeywell a concédé la licence continentale à l'équipementier américain MAT Holdings, gros faiseur en plaquettes et disques principalement produits en Inde...
Le «Buy on line and fit» −l’achat de la pièce en ligne posée par un atelier− va bientôt transformer l’après-vente. Les révolutions logistiques préparatoires s’étudient, voire se finalisent, dans de grands réseaux traditionnels qui, du coup, vont un peu plus démoder les sites purs et durs de vente en ligne. Mais en filigrane, cela signifie aussi que le prix de la pièce devra baisser pour parachever les grands rééquilibrages, c’est-à-dire une baisse de la marge des réparateurs...