mister-auto

Le «Buy on line and fit» −l’achat de la pièce en ligne posée par un atelier− va bientôt transformer l’après-vente. Les révolutions logistiques préparatoires s’étudient, voire se finalisent, dans de grands réseaux traditionnels qui, du coup, vont un peu plus démoder les sites purs et durs de vente en ligne. Mais en filigrane, cela signifie aussi que le prix de la pièce devra baisser pour parachever les grands rééquilibrages, c’est-à-dire une baisse de la marge des réparateurs...
L’information vient d'Espagne, captée au détour d'une banale table ronde sur la stratégie des groupements de distribution de pièces : Oscaro serait déjà, ou en passe de devenir, adhérent de Temot International ! Du bon pour les deux possibles partenaires, mais quelques bousculades pour d'autres...
Il y a 2 semaines, les réseaux de PSA obtenait une fragile “paix armée” avec leur constructeur, suite à l’effarant fiasco de communication Mister -Auto/Eurorepar. Devrait pourtant revenir sur la table des prochaines négociations PSA/Réseaux une demande récurrente : le repositionnement à la baisse du prix des pièces d’origine. L’objectif avoué du réseau : -20% ! Vraie ou fausse bonne idée ? Le jeu en vaut-il la chandelle ? Voir…
Les représentants du groupement des agents Citroën sont venus présenter hier à la presse l’épilogue de la grave crise qui oppose depuis trois semaines tous les réparateurs agréés Peugeot et Citroën à PSA sur le dossier Mister-Auto/Eurorepar. L'inédit front commun des 4 réseaux Peugeot et Citroën a gagné. Reste l'essentiel : inventer les clés pour accroître la compétitivité de leur offre atelier sans abimer leur business model...
Dans les colonnes de notre confrère Autoactu.com, la récente sortie médiatique de Jean-Baptiste de Chatillon, directeur financier et responsable pièces et services de PSA, voulait sûrement détendre la lourde ambiance de fronde qui pèse sur les réseaux agréés de PSA. Mais ses explications sur les enjeux et sur les premières adaptations consenties n'ont visiblement pas encore convaincu...
Des rumeurs convergentes (mais n’est-ce pas le propre des rumeurs que de converger ?) disent le mastodonte Oscaro aux plus de 250 millions d’euros de CA en difficulté. Si c'est vrai, c'est loin d'être préoccupant, tant il garde des ressources pour rester économiquement serein. Mais la fin de la belle époque des pure players et les craintes économiques qu'elle suscite ont deux conséquences : moins de différentiel de prix à court terme et surtout, le constat qu'ils sont durablement inscrits dans le paysage du commerce de la pièce car nécessaires à son éco-système...
Le train du web-to-store(*) commence à prendre de la vitesse... mais les pros de l'après-vente auto sont peut-être en train de le louper ! Le Baromètre 2014 Mappy-BVA en fait le triste constat : tous secteurs d'activité confondus, les commerçants de proximité, donc garagistes et carrossiers compris, sont loin d'avoir intégré les attentes des consommateurs en matière de e-commerce. Ils n'ont pas conscience de l'évolution des besoins de leurs clients. Pire : ils ont tendance à penser l'inverse... L'heure d'acheter son ticket numérique semble pourtant arrivée. Si c'est vraiment le cas, gare à qui manquera le rendez-vous...
Mister-Auto.com vient d’ouvrir un point relais en Guadeloupe. Il permet aux habitants de l’archipel d’être livrés plus facilement. Après l’ile de La Réunion, Mister-Auto, spécialiste de la vente en ligne de pièces détachées et accessoires automobiles avec 300 000 références proposées, vient d’ouvrir un point ...
Depuis le 7 mars, les boutiques auto et moto d'Amazon sont en ligne. Et c'est une vraie révolution. Non pas seulement parce que notre Oscaro national va enfin avoir une concurrence digne de lui. Mais aussi parce que l'organisation en «marketplace» (place de marché) du site aux 14,653 millions de visiteurs uniques/mois va changer le "business model" de toute la pièce en ligne. Un business model qui ouvre la porte aux nombreux sites en mal de rentabilité, aux acteurs qui désespéraient de pouvoir y entrer... et à tous les autres !