Ouaïba Sardi

Le mécontentement caractérisé du CNPA face à la formulation de l’arrêté d’application de la loi sur le libre choix du réparateur le laissait pressentir : l’organisation professionnelle a déposé un recours en annulation devant le Conseil d’État le 6 mars dernier. Mais au-delà de cette nouvelle péripétie, l’absence d’action concertée avec les autres organisations professionnelles jette une ombre sur l’entente intersyndicale autour d’un combat pourtant commun…