Parlement européen

Face à l’ampleur de la fraude aux compteurs kilométriques des véhicules d’occasion, dont 50% de ceux importés d’un pays à l’autre de l’Union européenne seraient trafiqués, le parlement européen débat depuis le 30 mai sur une proposition de résolution impliquant notamment de faire reconnaître la manipulation des compteurs comme crime, alors que celle-ci n’est considérée comme criminelle que dans 5 des Etats membres de l’UE !
Le Parlement européen a adopté le 19 avril le texte concernant la réception et le contrôle des véhicules qui doit entrer en vigueur le 1er septembre 2020. Ce texte maintient également la prise OBD sur les véhicules et revisite les RMI, garantissant par là-même les principes de libre concurrence et de libre choix pour le consommateur...  
Depuis le 1er avril 2018, le eCall est obligatoire sur tous les nouveaux modèles de véhicules légers. Si la sécurité qu’il apporte à l’usager n’est pas à remettre en cause, il soulève toutefois des inquiétudes quant au maintien de la libre concurrence. C’est dans ce contexte que la FNA a été reçue en délégation le 11 avril 2018, par les représentants en France de la Commission européenne et du Parlement européen.
A la suite d’une intense campagne d’influence des défenseurs de l’après-vente indépendante réunis au sein du CECRA (dont le CNPA) au Parlement européen, la commission des Transports et du Tourisme (TRAN) vient d’adopter un rapport visant à garantir un libre accès aux données des véhicules à l’ensemble des acteurs de la réparation auto, dans le respect des données personnelles de tous. Une première étape avant un vote en séance plénière du Parlement, qui devrait obliger la Commission Européenne à légiférer sur le sujet d’ici la fin de l’année 2018.
L’adoption du eCall par le Parlement européen sonne comme une victoire pour les indépendants ralliés à la FNAA : en assurant la protection des données, le texte prévient ainsi –sur le papier– de possibles dérives anti-concurrentielles pour lesquelles l'organisation professionnelle s'annonce vigilante…
Un témoignage anti-fluide frigorigène 1234yf, déposé sur notre site, a été en même temps multi-diffusé sur d'autres sites d'information. Valorisant le "combat" de la députée européenne Michèle Rivasi contre les dangers supposés de ce nouveau fluide, ce commentaire provenait en fait... d'un ordinateur du même Parlement européen ! Quand le "buzz" nous prend pour des buses ?
Pendant que l’on fait un –mauvais– procès au 1234yf (voir «fausse alerte au gaz mortel»), on occulte la carrière plus insidieuse et bien plus dangereuse d’un «fluide frigorigène de substitution» : le Deepcool (ou Duracool). Celui-là semble vraiment inflammable et explosif, mais cette fois sans presque personne pour s'en inquiéter...