PHE

A l’occasion de la première sortie médiatique d’Oscaro et de son nouveau DG, Jan Löning, une rassérénante certitude : un Oscaro nouveau est arrivé qui s’échine humblement à se positionner sur le pur do-it en laissant la délégation aux seuls réparateurs. C’est donc plus par maladresse que par provocation que l’étude-prétexte à cette prise de parole sous l’ère PHE/Autodistribution vient inutilement réveiller quelques vieux démons…

Parts Holding Europe (PHE) annonce une croissance de 15% de son CA en 2018 et de 13,7% de son EBITDA. Le groupe espère une même progression en 2019 grâce notamment au rachat d’Oscaro en novembre dernier. Cela peut paraître un minimum en fait, puisque les 320 millions d’Oscaro devraient mathématiquement générer +22% cette année. Mais au royaume changeant des acquisitions successives, rien n’est aussi simple…

Le rachat d’Oscaro à peine confirmé, PHE (ex-Autodis Group) a vite présenté les grandes lignes de sa stratégie afin de redresser et pérenniser sa superbe prise. Au menu des moyens : la puissance financière et logistique du groupe et son carnet de fournisseurs. À celui des objectifs prioritaires : rassurer au plus vite les consommateurs et les troupes d’Oscaro, sur fond de réconciliation avec les distributeurs traditionnels d’Autodis (Autodistribution), l’autre filiale de PHE…

Voilà, c’est fini… L’interminable suspense du destin d’Oscaro vient de prendre fin après de longs mois de rumeurs contradictoires, d’interactions financières complexes et de médias aux aguets. Exsangue, le leader de la pièce en ligne a finalement cédé son contrôle à Bain Capital, via la société PHE (Parts Holding Europe) qui devient le nouveau nom qu’Autodis Group prend pour l’occasion. Une nouvelle époque s’ouvre pour Oscaro qui clôt ainsi “l’ère Pierre-Noël Luiggi”, son président-fondateur…