Pièces captives

Si le gouvernement a bel et bien déposé un amendement au projet de loi d’orientation des mobilités visant à libéraliser le marché des pièces dites ‘captives’, ses modalités d’application pourraient bien en annuler toute conséquence positive. En termes de concurrence pour les acteurs de la rechange indépendante, comme en terme de pouvoir d’achat pour les consommateurs automobilistes…

Le vent de libéralisation des pièces de carrosserie, récemment soufflé par le gouvernement français, a certes fait son effet. Mais à bien y réfléchir, les constructeurs n’ont sûrement pas dit leur dernier mot. Quant aux promesses faites, elles ne proposent pour l’heure que de concurrencer des familles de pièces qui, en fait, le sont déjà ou ne peuvent guère l’être. Ces promesses n’engagent-elles que ceux qui y croient ?

Six ans ! Il aura fallu six ans pour qu’un gouvernement suive enfin les préconisations de l’Autorité de la concurrence (ADLC) et prenne la décision de libéraliser le marché des pièces captives, dont les constructeurs ont le monopole en France au titre du droit à la protection des dessins et modèles : telle fut l’annonce du Premier Ministre, Edouard Philippe, à l’occasion de l’anniversaire des 10 ans de l’Autorité. Même s’il reste nombre d’obstacles à surmonter…

Les soupçons d’entente tarifaire entre plusieurs constructeurs européens sur le marché des pièces captives, soulevés par Mediapart au printemps dernier, sont remontés jusqu’à la Commission européenne. Celle-ci a diligenté une enquête sur les pratiques de “pricing” suspectes liées à l’utilisation du logiciel Accenture Parts Optimization (APO) de la part de cinq constructeurs européens…

Mediapart(s) n’aura jamais aussi bien porté son nom ! Notre confrère, sur la base de documents confidentiels, vient en effet de diffuser une enquête dans laquelle il explique en détail comment, depuis de nombreuses années, nos deux constructeurs français gonflent artificiellement le prix de leurs pièces de carrosserie. Au point d’en retirer un bénéfice évalué à quelque 1,5 milliard d’€…

1 2