PSA

Ce commentaire à propos de notre article «PSA et Mister-Auto, Michelin et Allopneus : l’ère des mariages de raison(s)…» nous a semblé pertinent et utile à la compréhension de ces mouvements de rapprochements entre acteurs “réels” et “virtuels” qui s’amorcent. Un commentaire très complémentaire à notre analyse qui rappelle que marges et capacités d’investissement restent la force de la “vieille économie”…

PSA n’a pas encore fini de gober Mister-Auto que Michelin vient s’adjuger 40% d’Allopneus : la “vieille économie” est en train de s’offrir les pure players qui, hier, la démodaient pourtant cruellement… C’est l’histoire d’une reconquête annoncée : ces mariages de raison ont de solides raisons que la raison économique ne peut plus ignorer…

PSA est en train de trouver une logique au Mikado d’offres en pièces hérité du rachat de Mister-Auto. Il pourra utiliser les divers niveaux d’offre multimarque du site sans bousculer pour autant son joyau qu’est la pièce d’origine Peugeot et Citroën. Et en poussant les ventes jusqu’ici décevantes de sa MDD Eurorepar qui, elle, se prépare un festin Internet…

Alors que la question des renégociations des contrats de distribution parmi les RA1 du groupe PSA est sur la table du Groupement des concessionnaires automobiles Peugeot (GCAP), la branche concessionnaires du CNPA, elle, n’a pas encore été saisie du dossier. Mais son président, Christophe Maurel, entend mettre l’accent sur la valeur des entreprises du réseau qui perdront, à terme, leur statut de distributeur de pièces de rechange.

L’exercice que nous avons demandé à J-Ch. Herrenschmidt, président du groupement des concessionnaires Peugeot, n’est guère facile. Donner publiquement son opinion sur une profonde révolution dont les modalités restent encore à définir et les implications à évaluer, n’est jamais chose aisée. Ses réponses sont néanmoins intéressantes et courageuses, même si elles se lisent parfois entre les lignes…

Le plan de reconquête de PSA, amorcé par son P-dg Carlos Tavares, passe évidemment par l’après-vente. Le constructeur a donc réaffirmé ses ambitions : rationaliser la distribution de pièces de rechange, améliorer fortement le taux de service, étendre le réseau Euro Repar Car Service et ne pas négliger le web, même si la stratégie officialisée à l’occasion avec Mister-Auto, reste encore à définir…

C’est bien là l’autre question que pose le rachat de Mister-Auto par PSA : si le constructeur est venu choisir celui-là parmi tous les sites français du e-commerce de la pièce, est-ce parce qu’il est le seul à être déjà résolument international et surtout clairement rentable ? D’autres constructeurs suivront-ils quand même son exemple ?

L’information du projet de rachat de Mister-Auto par PSA nous a été confirmée par le président de Mister Auto. Elle a fait l’effet d’une bombe, à tout le moins médiatique. Mais passé le souffle de l’explosion, on discerne déjà l’ébauche d’une stratégie gagnant-gagnant, tant pour les réseaux de PSA que pour le site web de vente de pièces en ligne, a priori respectueuse des identités des deux parties.

C’est une information révélée hier soir par notre confrère Les Echos : PSA (Peugeot et Citroën) s’apprêterait à racheter Mister Auto. Selon le quotidien économique, le constructeur serait entré en négociation exclusive avec le N°2 de la vente de pièces multimarque en ligne, alors même qu’il va annoncer une révolution de sa logistique pièces…

1 5 6 7 8