Sébastien Danvel

Actualités Réseaux Contrôle technique
Suite à la décision d'Elisabeth Borne, Ministre de la Transition énergétique et solidaire, de proroger de 3 mois l'échéance des contrôles techniques et contre-visites des VL, et de 15 jours pour les PL, le groupe SGS, maison-mère des réseaux Auto Sécurité, Securitest et Verif'Autos, réclame désormais une uniformisation des critères de recevabilité des demandes de chômage partiel pour les centres concernés.
A la Une Coronavirus
Devant le faible nombre de véhicules à examiner depuis le début du confinement et, dans le même temps, l'absence de décision de l'Etat quant à la fermeture de leurs centres, les principaux réseaux de contrôle technique ont écrit un courrier commun au ministère de la Santé pour réclamer la suspension des agréments centre et contrôleur pendant toute la durée du confinement ainsi que le report de 40 jours des échéances de contrôle et de contre-visite.
Comme l’ensemble des acteurs de la filière du contrôle technique, le groupe SGS et ses deux réseaux, Auto Sécurité et Sécuritest, sont certains que les nouvelles règles 2018 du contrôle vont augmenter la durée de la visite, entraîner davantage de contre-visites, et surtout alourdir le travail d’un nombre déjà limité de contrôleurs… Raison pour laquelle SGS croit dans la nécessité de former davantage de professionnels, et de s’appuyer sur le rôle prescripteur des réparateurs.
Alors que l’entrée en vigueur en France de la directive européenne de 2014/45 est prévue pour le 1er mai 2018, Auto Sécurité a étendu le programme de formation dédié à ses adhérents pour les mettre à niveau concernant les nouvelles obligations réglementaires auxquelles ils auront à faire face. Un dispositif évoqué également lors du Tour de France Auto Sécurité, qui s’est déplacé dans douze villes entre le 4 janvier et le 1er février dernier.