sécurité Routière

Actualités Réseaux Contrôle technique & homologation
Lors de la dernière édition d’Equip Auto, le 15 octobre dernier, SGS France, maison-mère des réseaux de contrôle technique Auto Sécurité et Securitest, a signé son adhésion au CNPA. L’opportunité de renforcer les synergies et réflexions sur les nombreuses évolutions stratégiques qui sont attendues en matière de contrôle technique, de sécurité routière, d'homologation, de passage de l'examen du Code de la route, de systèmes d'immatriculation, d’inspection automobile, d’analyse des produits pétroliers, de tests constructeurs, et de nombreux autres sujets touchant au domaine de compétence du groupe.
Tribunes libres Expertise & assurance
Suite à notre article intitulé “Faux VO/vrais VGE (suite) : un scandale… dans le scandale ?”, paru dans la foulée de la mise en délibéré du procès d’un expert et de vingt-six réparateur dans le cadre d’une affaire d’épaves roulantes à Evry (91), notre lecteur-observateur du secteur de la réparation-collision et des assurances a tenu à s’exprimer de nouveau afin de souligner que d’autres acteurs de la filière pouvaient tirer bénéfice de la démarche de l’organisation professionnelle : les assureurs.
L’entretien auto chez Euromaster, c’est LE levier de croissance choisi par l’enseigne connue d’abord pour son activité de pneumaticien. Avec le check-up sécurité gratuit proposé dans le cadre d’un partenariat avec la Sécurité Routière, le réseau entend augmenter le nombre de devis pour des prestations mécaniques et dépasser les 25% qu’occupe l’activité maintenance dans son chiffre d’affaires.
Des bilans sécurité offerts durant tout le mois de juin ? Pratique, avant de prendre la route des vacances. C’est ce que proposent les centres Midas, partenaires de l’association Prévention Routière, à laquelle l’enseigne de réparation rapide reversera 1 euro par révision effectuée jusqu’en septembre pour son engagement dans les démarches de sécurité routière durant l’été.
Toujours très engagée dans la défense des automobilistes face aux abus des compagnies et mutuelles d’assurance, la Ligue de défense des droits de l’assuré (LDDA) a pris le temps de réfléchir aux moyens d’éviter à l’avenir d’éventuels nouveaux scandales d’épaves roulantes. Et préconise tout simplement, dans une lettre adressée à plusieurs ministères du gouvernement Edouard Philippe, d’interdire la réparation des véhicules économiquement irréparables (VEI) en vue d’une remise sur le marché du VO.
Une affaire supplémentaire a été révélée dans le scandale des faux VO/vrais VGE. Nos confrères du journal Le Parisien, déjà les premiers à lever le voile sur l’affaire “des 5 014” à l’été 2015, viennent d’annoncer que quelque 1 021 véhicules –autos, motos, VUL, triporteurs et voiturettes– seraient suspectés d’être dangereux. Le Ministère de l’Intérieur a d’ores et déjà fait parvenir à leurs propriétaires un courrier les sommant de soumettre leurs véhicules à une expertise de sécurité…
La révélation d’un deuxième scandale de faux VO/vrais VGE, les rumeurs d'autres et les estimations des enquêteurs dans les affaires en cours laissent imaginer un volume de véhicules dangereux plus important que prévu dans le parc roulant. sur fond de baisse du nombre de procédures VE depuis 2011 et de coût de leur déclenchement pour les assureurs, ne faut-il pas revoir la grille d’entrée et de sortie du véhicule de la procédure VE ? Et remettre au centre des débats le respect des conditions de sécurité routière ?
Annoncée par le délégué interministériel à la sécurité et à la circulation routières lors du Congrès de l’ANEA, en avril dernier, la nomination des nouveaux membres de la Commission nationale des experts en automobile a été officialisée au travers d’un arrêté paru au Journal Officiel le 10 septembre dernier. Ainsi réactivé après de longues années de sommeil, la CNEA, chargée entre autres des procédures disciplinaires de la profession d’expert, se pare toutefois d’une couleur très CFEA, pour ce qui est de ses membres experts en automobile…