SMAVA

En rejoignant la FNAA, le Snisa, syndicat de réparateurs créé par la Feda fin 2014, illustre l’objectif vertueux des nouvelles règles de la représentativité qui agitent tant les organisations professionnelles du secteur depuis deux ans : ne pas diviser inutilement la représentation patronale, pour permettre à moins de syndicats d’être plus forts et donc, plus efficaces pour défendre les intérêts et les métiers de leurs adhérents. Cette levée d’ambiguïté permettra même à la FNAA et à la Feda de mieux se coordonner pour affronter les nombreux défis communs au couple historique distributeur-réparateur. L’union fait autant la force que la désunion aurait pu faire  la farce…

 

 

Alors que d’autres syndicats patronaux créent de nouvelle structures (Smava pour le CNPA, SNISA pour la Feda) ou s’adjoignent de nouvelles professions (auto-écoles pour la FNAA) afin d’asseoir leur représentativité dans la branche des Services de l’automobile, le Syndicat des pros du pneu (SPP), lui, reste serein. Pour l’instant concentré sur son cœur de métier et fort de plus de 1 000 adhérents, il est aujourd’hui la 3ème organisation professionnelle de la branche.

Le CNPA vient d’accueillir en son sein 10 enseignes de réparation multimarque en créant une branche dédiée. L’organisation grossit ainsi ses rangs d’acteurs longtemps honnis (voir la « guerre des pubs« ) qui vont déplacer son centre de gravité historique. Mais si la greffe prend, ces troupes fraiches pourraient aussi être décisives dans la bataille de la crédibilité. Et de la représentativité…