transition énergétique

Après la parution du décret relatif au contrôle des émissions polluantes, les réseaux de contrôle technique s’apprêtent à participer à la phase expérimentale de tests des méthodes de contrôle et des valeurs de référence. Groupe leader du secteur, Dekra a donné quelques précisions sur la façon dont seront conduits ces tests et comment ceux-ci permettront de construire le protocole de contrôle qui sera finalement retenu par l’UTAC/OTC.
Il était attendu de pied ferme par toute une profession : celle de contrôleur technique. Le décret instaurant le contrôle des niveaux de CO2 ou de NOx, lors du fatidique check-up réglementaire tous les deux ans au-delà des quatre ans d’âge, vient d’être publié ce 19 juin dans le Journal Officiel. Les fédérations professionnelles se félicitent de l’avancée environnementale qu’il institue mais la FNAA questionne toutefois les délais d’amortissement des investissements auxquels devront consentir les acteurs de la filière.
L’enseigne de centres VHU vient d’ouvrir un inédit “supermarché” de la pièce de réemploi à Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Un concept store qui surfe sur la dynamique de la loi “Royal” sur la Transition énergétique et entend proposer aux Franciliens un authentique magasin avec parking, caddies, comptoir… et toujours la possibilité de faire monter sa pièce d’occasion dans l’atelier dédié.
L’actuel projet du décret d’application relatif à l’article 77 de la loi sur la transition énergétique inquiète la FNAA. Selon elle, le texte est à la fois irréaliste, ingérable administrativement et surtout presque insultant en ce qu'il semble «inspiré par une méfiance à outrance vis-à-vis des professionnels». La fédération a donc transmis une lettre ouverte à Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, pour la prier instamment de revoir sa copie...
Contrairement à ce que laissent entendre la plupart des enquêtes menées à la demande des professionnels de la pièce de réemploi, le numéro 2 des petites annonces en ligne, Vivastreet, vient de communiquer les résultats d’un sondage qui souligne que les Français seraient défavorables, d’une courte majorité, à l’usage de pièces d’occasion pour réparer leur véhicule.
Alors que le décret d’application du Conseil d’Etat sur la loi “Royal”, et son article exigeant des réparateurs qu’ils proposent à leurs clients des pièces issues de l’économie circulaire, se fait attendre, BFM TV n’a pas résisté à l’envie de remettre une couche médiatique grand public sur le sujet. Tout en affirmant que ne seraient pas concernées les pièces “de sécurité” comme les plaquettes de frein ou les airbags. Info ou intox ?
Censé entrer en vigueur en janvier 2016, l’article 77 de la Loi relative à la Transition énergétique ne pourra pourtant être appliqué tout de suite dans son ensemble. En effet, le point VII du texte, qui exige des réparateurs de permettre à leurs clients d’opter pour des “pièces issues de l’économie circulaire”, devait être sanctionné par un décret du Conseil d’État devant fixer les catégories de pièces concernées. Mais les parties sollicitées pour établir la définition de ces pièces n’en sont seulement… qu’au début de leurs discussions ! Pas si simples...
L’amendement n°798 de la loi sur la Transition énergétique, adopté en première lecture à l’Assemblée Nationale, était inattendu de la part des professionnels de la démolition eux-mêmes. C’est ce que nous a confirmé Patrick Poincelet, président des Recycleurs du CNPA, en marge du congrès de la branche à Wolfsburg, du 21 au 23 juin. Mais comme l’occasion faisait le larron, il ne fallait pas la laisser filer et la confiance en l’adoption définitive du texte est grande.
Alors que l’amendement n°798 du projet de loi “Royal” sur la Transition énergétique a pris tous les représentants des métiers de la réparation automobile de court, le temps est aux réactions et, si l’ANEA y voit une bonne raison de remettre une dose de sécurité dans la mission des experts, la FFC-Réparateurs rejoint la FNAA dans ses inquiétudes quant à l’obligation de proposer les pièces réemploi et aux sanctions pécuniaires en cas de manquement…