web-to-store

Bibendum est gonflé… et sacrément gourmand ! Presque un mois après avoir pris 40% du capital d’Allopneus.com, Michelin vient de jeter son dévolu sur autre pure player, le britannique Blackcircles.com avalé tout cru ce 6 mai. Montant de ce gueuleton numérique : 50 millions de livres sterling, soient 67,2 millions d’euros ! De quoi poursuivre la nutrition digitale du géant du commerce physique.
C'est une grande première dans la distribution traditionnelle : depuis quelques jours, Autodistribution conduit chez quelques distributeurs un test de “web-to-store” à destination des automobilistes-internautes. Un début qui augure une possible revanche “made in grossistes” sur ces sites grand public qui abîment depuis 10 ans leur rentable activité de ventes au comptoir...  
Dans sa nouvelle stratégie globale de services à la mobilité, le manufacturier de pneumatiques Michelin annonce la prise de participation à hauteur de 40% dans le capital du site marchand Allopneus pour un montant de 60 millions d’€.
À en croire cette récente étude Oxatis/KPMG sur le e-commerce, bouder les potentialités du Web to store (présence sur le web pour des ventes en magasin) reviendrait à se priver de belles opportunités de chiffre d’affaires. Car ceux qui franchissent le pas en semblent satisfaits. Une raison de plus pour penser devis et prises de rendez-vous en ligne…
L’information du projet de rachat de Mister-Auto par PSA nous a été confirmée par le président de Mister Auto. Elle a fait l’effet d’une bombe, à tout le moins médiatique. Mais passé le souffle de l’explosion, on discerne déjà l’ébauche d’une stratégie gagnant-gagnant, tant pour les réseaux de PSA que pour le site web de vente de pièces en ligne, a priori respectueuse des identités des deux parties.
Des rumeurs convergentes (mais n’est-ce pas le propre des rumeurs que de converger ?) disent le mastodonte Oscaro aux plus de 250 millions d’euros de CA en difficulté. Si c'est vrai, c'est loin d'être préoccupant, tant il garde des ressources pour rester économiquement serein. Mais la fin de la belle époque des pure players et les craintes économiques qu'elle suscite ont deux conséquences : moins de différentiel de prix à court terme et surtout, le constat qu'ils sont durablement inscrits dans le paysage du commerce de la pièce car nécessaires à son éco-système...
Le train du web-to-store(*) commence à prendre de la vitesse... mais les pros de l'après-vente auto sont peut-être en train de le louper ! Le Baromètre 2014 Mappy-BVA en fait le triste constat : tous secteurs d'activité confondus, les commerçants de proximité, donc garagistes et carrossiers compris, sont loin d'avoir intégré les attentes des consommateurs en matière de e-commerce. Ils n'ont pas conscience de l'évolution des besoins de leurs clients. Pire : ils ont tendance à penser l'inverse... L'heure d'acheter son ticket numérique semble pourtant arrivée. Si c'est vraiment le cas, gare à qui manquera le rendez-vous...