Prix des pièces : SRA déplore une hausse inédite en 2018… et au T1 2019 !

Partagez

Observateur avisé des coûts de la réparation automobile en tant qu’émanation des sociétés d’assurance auto, SRA a mis en avant, dans sa dernière lettre parue fin avril, une hausse inédite du prix des pièces de rechange au cours de l’exercice 2018… Cette augmentation aurait atteint +6,4% dans les factures réglées par les assureurs et représenterait 50% du montant de la réparation. Et la tendance se poursuit au 1er trimestre 2019…

Le prix des pièces a enflé outre-mesure en 2018. C’est le constat que fait Sécurité et réparation automobiles (SRA) dans sa toute dernière lettre, parue à la fin du mois d’avril dernier. En effet, selon les chiffres compilés par cet organisme, émanation des compagnies d’assurance, avec une augmentation de 6,4% des tarifs moyens des pièces consommées sur le marché français entre 2017 et 2018, le prix de ces dernières équivaut désormais à la moitié du montant de la réparation…

Une accélération sans équivalent ces dernières années puisque, de 2016 à 2017, la hausse n’avait été que de 3,9%, et entre 2015 et 2016, l’augmentation du prix moyen des pièces avait plafonné à 4,2%. Selon SRA, c’est la multiplication des SUV, dont les pièces s’avèrent particulièrement coûteuses, qui est à l’origine de cette hausse sans précédent. En effet, leur part dans les immatriculations est passée de 33% en 2017 à 37%… D’ici quelques années, ce type de véhicules pourrait bien représenter la moitié des mises à la route !

SRA vise les constructeurs

Naturellement, ce parc relativement récent que constituent les SUV profite encore essentiellement aux constructeurs, que SRA vise encore une fois comme il le fait régulièrement depuis quelques années… Et avec encore moins de retenue que par le passé alors que la libéralisation du marché des pièces captives et sur les rails, même si celle-ci pourrait bien relever de l’écran de fumée. L’organisme souligne que « selon l’indice SRA publié dans « Communication Statistique de janvier 2019″, les prix des paniers de pièces à modèle constant, ont augmenté de 2,7%. Sur la même période, le nombre de pièces impactées a augmenté de 2,8%. Ainsi, la part des pièces représente 49,6% du coût total de la réparation ».

Comme le souligne fort justement Frédéric Maisonneuve, président de SRA, « cet indicateur mesure l’évolution des paniers de pièces composés des prix indiqués dans les catalogues constructeurs et modulés par la fréquence moyenne de remplacement : l’augmentation est de 2,7%, du jamais vu depuis 5 ans ». Si celui-ci reconnaît que ces hausses « sont pour partie liées à l’intégration de nouveaux équipements technologiques améliorant la sécurité des véhicules, avec notamment la multiplication des capteurs », et souligne également que le design toujours plus exigeant et complexe des véhicules et de leurs feux à LED participe à cette augmentation tarifaire, il appelle toutefois les constructeurs à « la modération dans leurs augmentations du prix des pièces de remplacement ».

Un premier trimestre 2019 toujours à la hausse

On entend déjà le « cause toujours, tu m’intéresses » des constructeurs au moment venu pour eux de défendre leur monopole sur les pièces de robe… Néanmoins, les statistiques du premier trimestre 2019 relevées par SRA continuent de confirmer cette tendance. En effet, selon la base des expertises de réparation-collision compilées par l’organisme, si la hausse du coût total de la réparation n’était “que” de +4,8% entre décembre 2018 et mars 2019, c’est bien parce que la main d’œuvre carrosserie a su n’augmenter que modérément (+2,4%), de même que la peinture (+3%)… Parce que, dans le même temps, les pièces, elles, ont vu leur coût grimper de 5,8% ! Et sur douze mois glissants, c’est pire : +6,3% !

Au cours de ces douze derniers mois, justement, et en analysant cette fois les paniers moyens de pièces constitués par SRA à partir des prix catalogues constructeurs, l’augmentation du prix des pièces s’établit à… 7,9% ! Alors que, dans le même temps, les tarifs de main d’œuvre affichés par les réparateurs n’ont cru que de 2,8% et que les tarifs de peinture, eux, n’ont grimpé que de 3,3%. S’il fallait une preuve supplémentaire que les plus gourmands, dans l’histoire, restent les constructeurs, la voici faite.

Et ce ne sont pas des constructeurs tels que Peugeot ou Volkswagen qui pourront dire le contraire car SRA a relevé que ces derniers ont vu les tarifs de leur panier moyen de pièces s’envoler au T1 2019 : +6,95% pour le Français et +7,72% pour l’Allemand. Toujours loin des +15,33% relevés chez Suzuki, ce que nos confrères d’Auto Plus n’ont pas manqué de relever… Mais le Japonais ne peut pas se targuer, lui, de représenter un parc roulant aussi conséquent que les deux géants du Vieux Continent !

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*