Nobilas assignée par un carrossier

Partagez

Le Garage des Étoiles, situé à Montigny-lès-Cormeilles, réclame en justice quelque 400 000 € à Nobilas, la plateforme de gestion de sinistre d’Axa. Un montant représentant selon son gérant le manque à gagner pour cause de tarifs imposés trop bas et des factures impayées…

C'est devant le tribunal de commerce de Pontoise que Jean Huynh, gérant du garage des Etoiles, attaque Nobilas...

C’est devant le tribunal de commerce de Pontoise que Jean Huynh, gérant du garage des Étoiles, attaque Nobilas…

Selon notre confrère Le Parisien, un réparateur de Montigny-les-Cormeilles, dans le Val d’Oise (95), a assigné la plateforme de gestion de sinistre Nobilas devant le tribunal de commerce de Pontoise. Motifs : les tarifs horaires, la remise en pied de facture ou encore les factures impayées, l’ont mené à la ruine.

Jean Huynh est le gérant du Garage des Étoiles, une entreprise qu’il a reprise en 2012. Le garage avait alors déjà signé un accord avec Nobilas, explique le quotidien. Un accord qui représentait presque 100% de son activité. L’accord est rapidement résilié, en raison des factures impayées par la plateforme, relate Le Parisien. Les difficultés financières s’amoncèlent, une procédure de redressement est ordonnée et un plan de continuation est mis en place.

400 000€ de dommage & intérêts et d’impayés

Toujours aux commandes de son garage, le professionnel témoignait jeudi 8 février, cette fois à la barre du tribunal : « J’ai fait des journées sans fin pour parvenir à continuer. C’est pour cela qu’on est toujours là, souligne le carrossier devant les magistrats. Avec Nobilas, la rentabilité n’existe pas. »

Et d’exposer devant les juges du tribunal les griefs qui l’ont mené à poursuivre la plateforme d’Axa en justice : au premier rang desquels des taux horaires de main d’œuvre « largement plus bas que la moyenne », précise le quotidien (48€ au lieu d’une moyenne de 85€ prix public constatée sur la base d’une étude réalisée par un autre confrère, l’Automobile Magazine, auprès de 4 500 garages), mais aussi l’obligation de se fournir en pièces et produits de peinture auprès de la centrale d’achat de la plateforme et de rétrocéder les 13,5% de commission sur chacun des dossiers apportés par Nobilas.

Et l’avocat d’évoquer des conditions qui « mettaient inexorablement le demandeur en situation de dépendance économique », poursuit Le Parisien, qui  précise par ailleurs que « cette société a été décriée par des organisations professionnelles pour ces mêmes raisons »…

« Procédure abusive »

En face, l’avocat de la défense conteste cette version des faits, rapporte Le Parisien. Il estime même être confronté à une « procédure abusive »: « Nobilas est la seule plateforme qui garantit un volume de réparation, 312 véhicules par an. Elle n’impose aucune exclusivité, il existe une période de rétractation. 312 véhicules, c’est important et c’est rentable », explique-t-il aux magistrats. Et d’ajouter : « Nous avons 2 000 réparateurs qui ne meurent pas ».

Jean Huynh, qui a quitté Montigny depuis, demande devant le tribunal de commerce de Pontoise 300 000 € de dommages et intérêts auxquels s’ajoutent 100 000 € en tant que remboursement d’impayés, notamment. Le tribunal doit se prononcer le 1er mars prochain.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (16 votes, moyenne : 4,06 sur 5)
Loading...

2 Commentaires concernant “Nobilas assignée par un carrossier”

  1. Bonjour,
    Bravo à Jean d’avoir eu le courage de porter cette affaire devant les tribunaux car trop subissent quand personne n’ose le faire et meurt seul dans leurs coins en ravageant également leurs vies personnelles et familiales !!!
    J’espère que d’autres suivront et mèneront des actions de groupe contre ces piranhas qui utilisent des méthodes de bandit pour asservir et récolter toujours plus d’argent sur le dos des réparateurs et des assurés qui se font flouer sans même s’en rendre compte.
    David

  2. «Pour Nobilas, la rentabilité n’existe pas !» nous dit Jean HUYNH. Malheureusement, sa phrase est incomplète: la rentabilité n’existe pas CHEZ SES SOUS-TRAITANTS… Mais rassurons-nous, elle existe bel et bien ailleurs !
    Pour NOBILAS, la rentabilité existe bien, mais uniquement chez elle. Il est vrai qu’avec des actionnaires aussi gourmands, il y a vraiment intérêt qu’aucun centime ne traîne chez ceux qu’elle asphyxie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*