Quand Allianz « achète » ses experts…

Les experts récemment résiliés d’Allianz ont reçu un mail qui les a surpris et blessés. Par son contenu peut-être, par son signataire assurément : c’est un simple acheteur de la direction des achats de l’assureur qui y annonce un courrier sur la prorogation de contrat et les nouvelles conditions tarifaires !

Mail_Allianz

Cliquez sur le mail pour l’agrandir

lecteur 110Décidément, si les assureurs voulaient montrer aux experts le peu de considération en laquelle ils tiennent leur métier, ils ne s’y prendraient pas autrement. On se souvient qu’Allianz résiliait ses 283 experts le 26 mars dernier (voir notre récent article sur le sujet), en annonçant «un appel d’offres» courant second semestre 2014.

En attendant, les experts résiliés viennent de recevoir ce mail ci-dessus en date du 30 mai dernier. Il leur annonce l’arrivée prochaine d’un courrier avec AR comprenant un avenant qui proroge leur contrat jusqu’à fin 2014 et précise les conditions financières de cette période.

Des experts “bons achetés”…

Aussi désagréable soit-il (moins de 20 jours pour étudier un nouveau contrat aussi délicat, c’est peu, même si le choix se résume entre… signer ou signer), ce n’est pas le contenu de ce mail qui a surpris les experts destinataires, mais le signataire du courriel. Eux qui avaient été résiliés par Frank Le Vallois, le directeur indemnisation d’Allianz France, se voient ainsi proposer un avenant… par un simple acheteur de la direction des achats. Voilà donc les experts d’Allianz relégués quelque part entre les achats de papèterie et les locations de véhicules de direction avec un message à peine voilé qui les a agacés, voire blessés : votre coût nous préoccupe bien plus que votre rôle.

Dans un récent article d’analyse (voir «les autistes et les bonnets rouges»), nous avions déjà souligné cette tendance lourde chez les assureurs qui ont supplanté les historiques acheteurs-métier de la réparation-collision par des acheteurs de la grande distribution –et/ou au moins en important leurs méthodes. Allianz le confirme. Comme d’ailleurs AXA l’a récemment fait : Philippe Cousin, qui conduit le déploiement de Nobilas et l’actuel « recentrage » des expert de l’assureur est, lui aussi, en tant que directeur des achats, symbolique de cette nouvelle époque. Mais AXA, au moins, confiait cette tache au directeur.

Transmis une nouvelle fois à l’ANEA (Alliance Nationale des Experts en Automobile), dont moult adhérents attendent toujours une prise de position sur les limites à ne pas dépasser par les assureurs…

4 commentaires concernant “Quand Allianz « achète » ses experts…”

  1. Je vous en prie arrêtez de considérer le BCA comme une entité syndicale, c’est juste une entreprise commerciale illégale d’exercice de la profession d’experts en automobiles.
    Alors, qu’ils restent avec leurs propriétaires assureurs et que les assurés sachent enfin cette superbe vieille magouille qu’utilisent les assureurs avant d’avoir en plus aujourd’hui plein de petits experts pseudo libéraux décérébrés et lèche bottes seulement. Allez en avant le SNDEA, défendons nos intérêts et ceux des réparateurs pour une réelle harmonie économique. Les assureurs se sont assez gavés!!!! N’est ce pas? Laissez un peu aux autres!!!!

  2. Le Recours Direct est déjà bien utilisé par des confrères qui ont délibérément choisis de ne plus travailler avec quelque assureur que ce soit. Cela fonctionne quand l’assuré n’est pas responsable du sinistre et fait valoir ses droits à l’indemnisation de son préjudice. Sans faire de déclaration, il chois le réparateur et l’expert de son choix.
    Concernant le SNDEA, ce jeune syndicat entend rassembler les experts soucieux de redonner à leur profession, ses lettres de noblesse, dans le respect du contradictoire.
    Il a été reçu par le Ministère. L’interlocuteur invite le SNDEA à siéger aux côtés de l’ANEA, le BCA et le syndicat des experts salariés.
    Or, il faut savoir que l’ANEA, par l’intermédiaire de son juriste, a exigé que le SNDEA ait au moins 200-250 membres. Chaque expert salrié et diplômé peut souscrire et rejoindre ce jeune syndicat.
    Je n’ai personnellement rien à vendre.
    La réunion organisée par le SNDEA à Lyon, le mois dernier, a permis des échanges fructueux, même si les uns et les autres dirigeants présents, pour un certain nombre, sont encore mandatés directement par les assureurs.
    Compte tenue de la conjoncture actuelle, des dérapages dont Après- Vente-Auto.com se fait l’écho, il ne se passe pas une publication sans qu’un nouvel article concernant notre métier ne soit rédigé.
    Nous avons eu la Matmut, les A.C.M., Allianz, et j’en oublie sans doute.
    Nous apprenons que la MAIF semble vouloir se retirer du processus SFEREN.
    Il me semble qu’il est temps de réagir, comme le monde de la réparation automobile a su le faire, et ce, en liaison étroite avec lui. En effet, nombre de réparateurs ont dénoncé leurs agréments.
    La réflexion continue. Il y a du grain à moudre.
    Rassemblons nous, pour siéger à la Commission d’une part, faire entendre notre vision de l’expertise, d’autre part.
    L’ANEA, le BCA nous ont montré, de par leur non-prise de position, qu’il n’y a plus rien à attendre d’eux.
    Une troisième voie est possible. A nous d’en saisir l’opportunité.
    Wilfried

  3. Vouloir retrouver son indépendance, c’est bien, mais encore faut il pouvoir le faire vraiment…
    Je plains sincèrement les confrères « assurance », pris au piège entre le marteau et l’enclume, mais ce qui m’agace le plus, c’est le silence effarant de l’ANEA qui saute pourtant sur l’affaire (qui n’en ai pas une…) Feu Vert en braillant haut et fort que l’expertise est chasse réservée…
    La parole d’expert de Feu Vert ne date pourtant pas d’hier, alors pourquoi mettre autant de temps à réagir ?
    Pourquoi n’y a t il, à l’inverse, aucune réaction aux agissements des assureurs ?
    Il y a un nouveauté scandaleuse presque tous les mois et toujours rien du côté de l’ANEA…
    Certes, le SNDEA a le mérite d’exister et semble vouloir remettre les choses en ordre, mais comment ?
    Il n’y a qu’un seul moyen pour que tous les experts automobile soient vraiment indépendants, c’est de donner le pouvoir à l’assuré de choisir son expert !
    Il faut profiter de la Loi Hamon, qui lui donne déjà le choix (théorique) de choisir son réparateur, pourquoi ne pas faire de même avec l’expert ???
    Là, les assureurs n’auront plus de pression possible sur les experts, plus de contrats, plus de statistiques, juste des honoraires à régler pour le dossier.
    A bon entendeur

  4. Mes chers confrères
    Encore un bel exemple de mépris et de manque de considération que nous portent ces acheteurs de la grande distribution qui jouent aux financiers assureurs.
    Ils nous manipulent comme des guignols pour faire toujours plus de profit et de bénéfices, au mépris des lois et des codes de déontologie de notre profession.
    Alors il est temps que cela cesse à présent.
    Les syndicats et les fédérations se mettent en place pour pouvoir contrer toutes ces magouilles qui ne visent qu’à contourner la nouvelle loi Hamon durement acquise par les réparateurs!!
    Aujourd’hui, j’ai reçu un courrier qui m’a fait très plaisir, émanant du nouveau syndicat des experts le S.N.D.E.A. qui a osé par le voix de son président Mr CORNUT, adresser un courrier aux assureurs en leur demandant de respecter les lois et le métier d’expert.
    J’aurai aimé que ce courrier soit rédiger par Mr OUVRARD, actuel président de l’A.N.E.A, qui se revendique pourtant comme « le » représentant de la profession. Mais rien ne se passe!!!!
    Beaucoup à présent pensent dans la profession que ce syndicat a vendu son âme aux assureurs afin de ne pas être privé de boulot.
    Mais réfléchissons un instant « continuer a se faire écraser moralement et financièrement » ou « arrêter de subir et retrouver un climat de travail normal sans la boule au ventre par peur des statistiques », c’est un choix difficile, me direz-vous??
    Le combat s’annonce très dur, mais nous ne sommes qu’au premier round. Alors comptez sur les vrais experts indépendants pour aider la profession et les syndicats à faire changer les choses.
    Rappelez-vous que l’union fait la force; alors, ne nous trompons pas de combat.
    A bon entendeur.
    DAVID

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction