Fog repris par le groupe Base

Partagez

Repris par le Groupe Base, récemment créé par le fonds d’investissement Stargate Capital pour y concentrer ses diverses acquisitions en équipement de garage, Fog espère trouver une nouvelle dynamique, des usines et des gammes complètes. Car Base pèse plus de 200 M€, emploie 700 salariés et est présent sur tous les marchés majeurs, permettant par ricochet à Fog d’ambitionner un doublement de son chiffre d’affaires à horizon 3 ans…

Le siège de Fog à Cosne-sur-Loire (58)

Le siège de Fog à Cosne-sur-Loire (58)

Il est loin, le temps où le destin de Fog était pour le moins incertain. Comme en ce février 2013, lorsque nous titrions «Peut-on encore sauver le soldat Fog ?» quand l’entreprise était mise, pour la seconde fois, en dépôt de bilan.

Alors exsangue et repris en juin 2014 par l’Autocontact, Fog devenait Nouvelle Fog et entrait enfin sur le chemin de la convalescence. Les dettes de ses vies précédentes épongées, les saignées d’emplois enfin jugulées, sa trésorerie rétablie et fort d’une nouvelle gouvernance aux commandes, l’entreprise a su se redéployer en 5 ans pour atteindre aujourd’hui les 10 millions d’euros de chiffre d’affaires. Et surtout, une rentabilité pérenne qui lui a fait si longtemps défaut.

Jusqu’à devenir donc une opportunité pour le tout nouveau groupe allemand Base (Beissbarth Automotive Service Equipment, mais en fait émanation de ses diverses marques), qui vient de racheter l’entreprise. Détenu par le fonds d’investissement britannique Stargate Capital, Base dépasse déjà les 200 millions de chiffre d’affaires, les 700 salariés et est présent sur tous les marchés mondiaux qui comptent en matière d’équipement de garage (Europe, États-Unis, Asie dont Chine).

Fog de retour dans la cour des grands
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Présent à Autopromotec pour sa première sortie officielle (photo ci-contre), le groupe Base y revendiquait les marques Beissbarth bien sûr, mais aussi Sicam, Werther, Apac et Tecnotest.

Il annonçait d’ailleurs sur le salon avoir récemment signé une lettre d’intention pour la reprise du fabricant italien Tecnolux. Hormis Werther actuellement distribué en France par EGI, toutes ces marques vont donc pouvoir venir renforcer, directement ou indirectement, les positions de Fog en France.

Fog revient ainsi dans la cour des grands, capables d’aligner des marques diversifiées et des gammes complètes tout en bénéficiant de la taille critique de son repreneur. Au même titre qu’un Nexion, qu’un Snap On ou qu’un Bosch, il peut maintenant s’inscrire dans une dynamique mondiale où les plus gros marchés de l’équipement de garage se négocient chez des constructeurs qui pensent “global”.

Synergies industrielles
Benoît de Maynadier, CEO de Fog.

Benoît de Maynadier, CEO de Fog.

«L’intégration de FOG au sein du groupe Base est une très bonne nouvelle à l’occasion des 90 ans de la marque, précise Benoît de Maynadier, CEO de Fog. La forte croissance que nous connaissons depuis 5 ans sur le marché français, sur nos produits et sur le déploiement de nos services va bénéficier plus encore des synergies industrielles évidentes : nous avons maintenant accès à plusieurs usines européennes pour nous aider à renforcer nos gammes et déployer nos savoir-faire et nos produits».

En rejoignant Base, Fog ne fait pas que trouver un portefeuille de marques et de produits, ou «les savoir-faire et les technologies très innovantes du groupe Base» que souligne Luca Gazzotti, CEO du groupe BASE. Il retrouve aussi Beissbarth et Sicam, après que ces dernières aient été revendues à Bosch en 2007, puis cédées à Stargate en juillet dernier. Car quand Fog s’appelait alors FFB (Facom-Fog-Beissbarth) et pesait encore 50 millions d’euros, le fabricant français d’équipement de garage avait distribué ces deux marques pendant plus de 10 ans. Il bénéficiera ainsi d’un parc conséquent car largement travaillé par FFB, puis par Bosch…

Vers un doublement du chiffre d’affaires

Fog peut-il pour autant espérer retrouver un jour la taille qui en avait fait un temps le 1er fabricant français ? Difficile à pronostiquer, tant le marché de l’équipement de garage est concurrentiel et bataillé. Mais en tout cas, le voilà entouré pour se battre à armes égales avec ses concurrents internationaux.

Fort de 25 techniciens, d’un catalogue plus fourni que jamais -notamment en ADAS, le matériel actuellement en vogue- et des retombées françaises qu’un groupe de la taille de Base peut déléguer à Fog dans le cadre de contrats continentaux voire mondiaux, Fog peut espérer accélérer le redéploiement qu’il a entrepris depuis 5 ans. Et ambitionner sereinement de doubler son chiffre d’affaires à horizon 2 à 3 ans…

 

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*